10 novembre 2021
LA COP, le climat et nous : la force du LIEN

En réponse à l’interview de François Gemenne dans Les Echos, et au post de Jean-Marc Jancovici, je vois la COP26 comme une invitation adressée au 8 milliards d’être humains à agir ici et maintenant, à créer du LIEN entre nous et avec le vivant partout où nous passons.

(English follows)
François Gemmene écrit dans Les Echos que concrètement cette COP26, en dépit d’avancées réelles, ne change rien pour le climat, et Jean-Marc Jancovici dans un post qu’il ne faut rien attendre d’autre des COP que des déclarations d’intention.
Ils ont tous les deux raison: comme leur nom l’indique les COP sont d’abord des conférences (Conférences des Parties), pas d’abord des instances de décision. Fonctionnant sur la base du consensus, elles sont à la merci d’un pays ou d’un groupe d’influence, voire d’un seul individu influent (un sénateur américain par exemple), perpétuant une culture de l’engagement repoussé « à cause des autres ». Ceci provoque retards et désillusions annuellement renouvelés, alors même que la catastrophe climatique se manifeste de plus en plus concrètement chaque jour, et que le découragement menace.
Alors, inutile la COP26? Pas forcément, car si elle ne change rien pour le climat, la COP26 change les choses pour nous en invitant chacune et chacun d’entre nous à agir ici et maintenant, sans attendre, en nous souvenant que nous sommes tous indispensables dans cette histoire, notre histoire, et qu’aucun accord politique, même coercitif, ne fera changer nos comportements aussi rapidement que nos prises de conscience individuelles et collectives. Or en matière de changement climatique, c’est bien la vitesse et les synergies entre nos changements de comportements qui sont et seront de plus en plus déterminants. Comme le dit Jean-Marc Jancovici, c’est à nous les citoyens-consommateurs et aux instances « proches » constitués autour de nous (familles, quartiers, associations, entreprises…) de changer la trajectoire du climat. A l’inverse si nous attendons que toutes les décisions nous viennent d’en haut, nous perdrons à notre tour un temps précieux à y résister. Nous n’avons plus ce temps.
Nous avons 3 leviers d’action : la réduction de nos émissions liées aux énergies fossiles, la séquestration du carbone par photosynthèse et la protection des stocks de carbone existants, c’est à dire de toutes les formes de vie terrestres et marines. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons tous agir sur tout ou partie de ces 3 niveaux, et que la plupart d’entre nous le fait déjà un peu, par nécessité ou conviction : certains en passant aux énergies renouvelables, d’autres en éliminant le plastique, en plantant des arbres là où cela est nécessaire, d’autres encore en réduisant leur consommation de viande, en respectant le vivant en ville comme à la campagne… Certes cela est encore trop peu à l’échelle globale, mais nous ne partons pas de zéro.
Alors comment faire beaucoup plus vite beaucoup plus grand ? En se souvenant que le dénominateur commun et l’accélérateur de toutes ces actions est le et les LIEN.S : LIENS entre les êtres humains, LIENS avec toutes les autres formes de vie, LIENS logiques de cause à effet qui définissent les écosystèmes et nos modes de vie. Tout ce qui renforce et développe les LIENS est protecteur et régénérateur de vie et in fine des stocks carbone associés, donc bon pour le climat !
C’est dans la construction de ces LIENS que Kinomé s’investit au quotidien depuis 16 ans, en reliant concrètement tous les êtres vivants d’un territoire ou d’une filière, en combinant les recherches, le conseil, les projets et l’éducation autour du vivre mieux. Avec plus de 100 partenaires ! Le LIEN est l’antidote à l’indifférence et au découragement. Il responsabilise et donne les clés de la démultiplication. Il valorise le passé, organise l’avenir et rend le présent beaucoup plus agréable pour tous!
Kinomé ne s’est pas rendu à la COP26 cette année. Nous avons travaillé en amont, en contribuant notamment au plan d’adaptation au changement climatique de l’agriculture en République du Congo, à la mise à jour des #CDN (Contributions Déterminées Nationales) de Côte d’Ivoire et de Guinée notamment, et à l’élaboration de plans d’action concrets directement reliés à la réalité quotidienne du terrain. Des plans d’action bien plus pragmatiques et aboutis que ceux de nombreux pays occidentaux ! En observant d’un peu plus loin, nous nous ressentons encore plus fort cette invitation adressée aux 8 milliards d’entre nous à renforcer les LIENS entre nous et autour de nous, pour agir ensemble, MAINTENANT.

Ecrit Par Nicolas Métro – Président Fondateur de Kinomé

 

English translation :
The COP, climate and us: the strength of LINKS
@Francois Gemenne tells us in @Les Echos that COP26, in spite of real progress, does not change anything for the climate, and @Jean-Marc Jancovici writes that we should not expect anything else from the COPs than declarations of intent.
They are both right: as their name indicates, the COPs are first and foremost conferences (Conferences of the Parties), not primarily decision-making bodies. Based on consensus, they are at the mercy of a country or an influential group, or even a single influential individual (a US senator, for example), thereby perpetuating a culture of postponed commitment « because of the others ». This causes delays and disillusionment that are annually renewed, even though the climate catastrophe is becoming more and more concrete every day, and discouragement threatens.
So, is COP26 useless? Not necessarily. Even though it may not make a difference for climate, COP26 makes a big difference for all of us, by inviting each and every one of us to act here and now, without waiting, remembering that we are all indispensable in this story, our story, and that no political agreement, even coercive, will change our behaviour as quickly as our individual and collective awareness. And when it comes to climate change, the speed of and synergies between our changes in behaviour are decisive. As @Jean-Marc Jancovici says, it is up to us, the citizen-consumers and the « close circles” around us (families, neighbourhoods, associations, companies…) to change the trajectory of the climate. On the contrary, if we wait for all decisions to come from above, we will lose precious time resisting them. We no longer have that time.
We have 3 levers of action: reducing our emissions from fossil fuels, sequestering carbon through photosynthesis and protecting existing carbon stocks, i.e. all forms of terrestrial and marine life. The good news is that we can all act on all or part of these 3 levels, and that most of us are already doing so to some extent, out of necessity or out of conviction: some by switching to renewable energies, others by eliminating plastic, by planting trees where necessary, others still by reducing their meat consumption, by respecting living things in the city as well as in the countryside… Of course, this is still too little on a global scale, but we are not starting from scratch.
So how can we do much more, much faster? By remembering that the common denominator and gas pedal of all these actions is LINKS: LINKS between human beings, LINKS between human beings and all other forms of life, LINKS of cause and effect that defines ecosystems and our ways of life. Everything that reinforces and develops LINKS is protective and regenerative of life and ultimately of the associated carbon stocks, thus good for the climate!
It is in the construction of LINKS that @Kinomé has been investing daily for 16 years, by concretely linking all forms of life in a given territory or value chain, by linking research, consulting, projects and education around living better. With more than 100 partners! LINKS are the antidote to indifference and discouragement. They give us response-ability (ability to respond) and are the keys to scaling-up. They value the past, organize the future and make the present much more pleasant for everyone!
@Kinomé did not go to the COP26 this year. We have been working upstream, contributing to the climate change adaptation plan for agriculture in the Republic of Congo, to the update of the #CDN (Nationally Determined Contributions) of Côte d’Ivoire and Guinea in particular, and to the development of concrete action plans directly linked to the daily reality on the ground. Action plans that are much more pragmatic and successful than those of many Western countries! By observing from a little further away, we feel even more strongly about this invitation addressed to the 8 billion of us to strengthen the LINKS between us and around us, to act together, NOW.

Written by Nicolas Métro – Kinomé’s Founder