Nouveau programme Cocoa & Forest Knowlegde Exchange : construire des solutions concrètes pour un cacao durable

« Rapprocher les gens sur des sujets qui réunissent ». C’était l’objectif et la grande réussite du webinaire de lancement du programme Cocoa & Forest Knowledge Exchange qui s’est tenu en ligne au mois de janvier. Kinomé et son partenaire Alisos, avec le soutien de la Banque Mondiale, lancent en 2021 un programme d’échange de dix mois sur la filière cacao. L’objectif : promouvoir la production d’un cacao durable en Amérique Latine et en Afrique de l’Ouest. Le programme permet à des acteurs de tous les niveaux de la filière, provenant des deux continents, de se rencontrer, de partager leurs expériences et de construire ensemble des solutions pour un cacao durable. Lors du premier webinaire, les participants ont tous manifesté leur enthousiasme, laissant présager des échanges constructifs lors des prochaines rencontres.  

 

Ces dernières années les pays producteurs de fèves de cacao ont pris des engagements forts pour lutter contre la déforestation et promouvoir une filière cacao durable. La Côte d’Ivoire et le Ghana, qui à eux seuls produisent deux tiers du cacao mondial, ont lancé l’Initiative Cacao & Forêts (CFI), suivis de près par la Colombie. Les gouvernements et le secteur privé se sont ainsi engagés à préserver les forêts, restaurer celles dégradées par les exploitations cacaoyères, augmenter les rendements des petits producteurs et améliorer les conditions de vie des communautés rurales. Or malgré la volonté des gouvernements et du secteur privé d’accélérer la mise en pratique de ces engagements, leur traduction en politiques publiques n’est pas évidente. De plus, la transition vers une production cacaoyère durable représente des coûts que les petits producteurs ne sont pas en capacité de supporter. L’agroforesterie, soit un système de plantation associant intelligemment arbres et cacaoyers sur une même parcelle, permet de diversifier les sources de revenus et donc d’augmenter la résilience des exploitations agricoles, ainsi que d’améliorer la biodiversité des cacaoyères. Le triptyque agroforesterie, protection des derniers massifs forestiers et restauration des forêts dégradées constitue une des options identifiées pour accélérer la lutte contre la déforestation liée au cacao. Mais c’est aussi un mode de production couteux et peu rentable les premières années avant que les arbres arrivent à maturité.  

 

Photo cacao

 

  

L’enjeu du programme Cocoa & Forest Knowledge Exchange est donc d’apporter des outils concrets pour transformer l’ensemble de la chaîne de valeur cacao sur les continents africain et sud-américain, en partant des défis rencontrés sur le terrain. Les sessions aborderont la question des modes de production, du financement des projets agroforestiers, des façons de rémunérer dignement les producteurs de cacao durable, et de la valorisation du cacao (notamment grâce aux certifications comme le bio ou l’équitable). Dix webinaires étalés sur dix mois pendant lesquels les participants auront l’occasion de partager leurs priorités, leurs difficultés, mais aussi leurs expériences et bonnes pratiques pour construire ensemble des solutions. Le programme rassemble ainsi des acteurs issus du privé et du public, de tous les niveaux de la filière cacao, des producteurs de fèves aux distributeurs de barres chocolatées. Six pays participent au programme : le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Colombie, le Pérou, la République Dominicaine et le Brésil. Si à l’échelle nationale les acteurs de la filière cacao généralement se connaissent, le programme permet d’encourager un dialogue entre pays et entre continents. Ainsi, lors du webinaire de lancement, des pays d’Amérique latine ont par exemple demandé aux participants ivoiriens de partager leur expérience en termes de partenariats publics-privés dans la gestion de leurs forêts. Tandis que la Côte d’Ivoire était intéressée par les projets de commerce équitable et de production de cacao « grands crus » développés par la République Dominicaine. 

 

Le programme est construit de trois temps forts :  

  1. La formation d’ambassadeurs nationaux du cacao durable, qui feront le lien entre les décideurs et le terrain. Cette première partie, menée par Alisos, est axée sur un travail sur le savoir-être et la mise en commun des connaissances entre participants. 
  1. Une formation technique, apportée par Kinomé, autour du design de systèmes agroforestiers, du financement et de la valorisation de projets cacao durable, du développement de projets coopératifs et de la mesure d’impact. 
  1. Des ateliers pour exporter les modèles et les solutions développés lors des deux premiers temps forts du programme. Des discussions se tiendront avec des acteurs privés et publics, régionaux et internationaux (comme des exportateurs nord-américains ou européens, ou des institutions comme l’Union Européenne). 

 

A l’issue du programme, un guide sur l’agroforesterie et le cacao durable sera produit par Kinomé. Enrichi des débats et échanges du programme, il vise à documenter et partager des bonnes pratiques et des leviers de réussite.  Les participants deviennent ainsi créateurs de solutions concrètes pour la transformation des filières cacao, dans les six pays du programme et au-delà.  

 

Premiers producteurs mondiaux de cacao, la Côte d’Ivoire et le Ghana sont largement dépendant des exportations de fèves. Or la production de cacao pose une réelle menace pour les forêts locales. Sur l’ensemble de la région ouest africaine, la Banque Mondiale considère qu’entre 1988 et 2007, 2,3 millions d’hectares de forêt ont été défrichées pour la production cacaoyère, impactant fortement la qualité des sols et les récoltes de fèves. C’est est un enjeu global qui touche également les pays producteurs d’Amérique du Sud. Amorcer une transformation des modes de production et de transformation du cacao vers des filières plus durables, décarbonées et résilientes au changement climatique nécessite un engagement de tous les acteurs de la chaine de valeur, privés comme publics. En finançant le programme Cocoa & Forest Knowledge Exchangela Banque mondiale, par le biais du Forest Carbon Partnership Facility (FCPF), soutient des pays et acteurs déjà engagés dans des initiatives de préservation des forêts comme la CFI ou la REDD+ mais qui ne disposent pas d’outils pour traduire concrètement leur engagement. 

 

Alors que la pandémie de covid-19 aurait pu limiter les échanges de connaissances, la tenue en ligne du programme Cocoa & Forest Knowledge Exchange est une occasion d’innover. « Faute de pouvoir amener les gens sur le terrain, c’est le terrain qu’on amène aux gens » explique Yohann Fare, Responsable des filières durables chez Kinomé. Des images tournées par des équipes sur le terrain deviendront le support des formations et des discussions. Et les outils de visioconférence encouragent un dialogue intercontinental sur la problématique globale qu’est le cacao durable.  

La préservation des sols fertiles : un enjeu pour la forêt et les Hommes

La journée mondiale des sols, célébrée chaque année le 5 décembre par l’ONU, met à l’honneur la gestion globale et durable de cette ressource. La protection et la régénération des sols dégradés sont essentielles pour répondre aux enjeux du changement climatique, lutter contre la déforestation et améliorer la vie des populations tout autour de la planète. Ressource à la fois pour l’environnement naturel et pour les hommes, les sols sont pourtant mis en danger par la pollution et la déforestation liée aux activités humaines.  

Pour Kinomé, la compréhension du fonctionnement des sols et la promotion de solutions pour les préserver sont, depuis près de 15 ans, placés au cœur de ses différents métiers. 

 

Sur le terrain, Kinomé accompagne des projets qui protègent les sols et permettent leur régénération. Au Togo, dans la région des Plateaux qui abrite les dernières forêts humides de montagne du pays, les bassins versants sont menacés par l’agriculture vivrière et l’exploitation excessive du bois. La déforestation entraine ainsi une forte érosion et un appauvrissement des sols.  

 

 

Togo – route

Les conséquences sont désastreuses pour l’écosystème local, mais également pour les populations qui dépendent de la qualité de leur sol. Les couches fertiles du sol sont emportées par les eaux de ruissellement, et finissent par ensabler les rivières. Les sols cultivés des flancs de montagne s’appauvrissent. L’eau s’infiltre moins dans les bassins versants, ainsi les captages en eau des villages aux alentours se tarissent, les paysages se savanisent et la sécheresse du sol facilite les feux de brousses. 

Protéger les sols des bassins versants est donc un enjeu central pour la région togolaise. Cependant il ne doit pas se faire au détriment des population locales qui vivent de leurs cultures de légumes, de cacao et de café. En partenariat avec l’Unité Technique du Café et du Cacao (UTCC), une institution publique de la région, Kinomé a donc développé un projet de reforestation spécifiquement adapté à la situation régionale : un programme qui promeut l’agroforesterie. 

 

Togo – agroforesterie

 

La technique de l’agroforesterie consiste à associer, sur une même parcelle, des cultures agricoles à la plantation d’arbres – ici des arbres fruitiers. La plantation d’arbres sur les champs vivriers, de caféiers ou de cacaoyers permet de conserver l’eau de pluie et d’enrichir les sols, par la fixation d’azote par exemple. Avec un objectif de plantation de 20 000 arbres par an et la régénération de 500 hectares de terrains dégradés par année, le projet vise à inverser la tendance de l’appauvrissement des sols et du déboisement alarmant sur une grande partie de la région. 

 

Le projet associe également les comités anti-feux des villages de la région qui protègent leur terroir des feux de brousse. Ces groupes de villageois gèrent également les pépinières d’arbres qui seront par la suite plantés en agroforesterie. Leur implication est essentielle pour permettre la reforestation des zones considérées à risque et à terme refertiliser les terres des bassins versants. 

 

Togo – pépinière

 

L’agroforesterie est une technique qui peut être appliquée sur d’autres terrains en proie à la déforestation et à la dégradation des terres fertiles. Au Sénégal, dans la vallée de Djikoye, l’abattement d’arbres pour la culture vivrière met en danger la ressource en sol. Avec son partenaire local la SOPREEF, Kinomé intervient pour l’aménagement du territoire des bassins versants : en associant cultures agroforestières, construction des petites digues et plantations d’arbre le long des courbes de niveaux – soit perpendiculairement à la pente –l’eau de ruissellement est ralentie afin que les limons fertiles restent sur la surface du sol et que les graines plantées puissent s’enraciner.  

 

Togo – sénégal

 

 

La lutte contre la déforestation, l’amélioration des vies locales et l’adaptation face au changement climatique requièrent la préservation des ressources en sol de la planète. Une meilleure connaissance de leur vulnérabilité rendra possible le développement de solutions innovantes pour résoudre ces défis. Que ce soit au Togo, au Sénégal, au Congo-Brazzaville où Kinomé travaille avec l’Agence Française du Développement et la Banque Mondiale pour adapter l’agriculture locale en zone de savane, ou dans les zones arides du Pérou où la technique de la régénération naturelle assistée est utilisée pour faire reculer la désertification des terres fertiles, il est essentiel de remettre la question des sols au cœur de l’action contre le changement climatique et de gérer cette ressource durablement pour l’avenir de la planète et des Hommes.    

 

 

Le projet dans les bassins versants du Togo bénéficie du soutien du programme Plant and Protect de l’entreprise Oresys, de la Fondation Léa Nature, de Reforest’actionYuccalocInnospecJanod, A Tree for you, Fondation Gecina. 
CDN Guinée : Qu’est-ce que c’est ?

CDN – Guinée

 

Kinomé fait partie de l’équipe de révision des CDN (Contributions Déterminées Nationales) de la Guinée, les engagements pris en matière de lutte contre les changements climatiques lors de la COP 21 de Paris il y a cinq ans. 

 

Ce chantier financé par le PNUD entend actualiser les objectifs de la Guinée en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (le volet « Atténuation ») et de préparation pour faire face aux conséquences des changements climatiques (le volet « Adaptation »), compte tenu des efforts déjà engagés depuis 2015 et des nouvelles données à disposition. Avec Minh Le Quan et Bamba Zoumanah, Kinomé s’occupe du volet atténuation et l’équipe est coordonnée par Vanessa Laubin, déjà coordinatrice de la première CDN il y a cinq ans. 

 

Le phase de diagnostic débutée en juillet a demandé à l’équipe nationale de mener des entretiens à Conakry auprès des institutions, d’organiser deux semaines d’atelier dans toute les régions du pays afin d’inclure la société civile et les acteurs de terrain, et de lancer une vaste opération de collecte d’information via les réseaux sociaux (une première dans le pays !.  

Kinomé célèbre la Journée Internationale des Mangroves

Kinomé célèbre la Journée Internationale des Mangroves en partageant ses activités pour la gestion et la préservation de cet écosystème si unique. A l’intersection entre terre et mer, la mangrove offre une richesse naturelle fondamentale et a un rôle majeur pour l’économie locale compte tenu des ressources qu’elles procurent aux populations : produits ligneux et non ligneux, ressources halieutiques, pharmacopée, protection de littoraux1. Les études qui précèdent le début des années 2000 s’accordent sur le fait qu’il y a eu une perte importante de mangrove2. A travers ses activités de coordinations du collectif 5Δ et d’évaluation du projet DEDURAM, Kinomé vise à apporter des réponses aux problématiques de gestion et de valorisation des écosystèmes de mangroves.

Distribution des territoires de mangrove dans le monde (Par ChandraGiri — distribué par CC BY-SA 3.0)

Kinomé est membre du collectif 5Δ depuis 2014 et coordonne les activités de ce collectif unique en Afrique de l’Ouest

Dans les deltas d’Afrique de l’Ouest, de nombreuses initiatives existent pour accompagner les populations dans la valorisation durables des espaces de mangroves tels que le reboisement communautaire, l’ostréiculture écologique ou la production de bio charbon. Cependant, le manque de synergie, la persistance des approches sectorielles et monofonctionnelles des territoires de mangroves, en opposition avec les tendances à la diversification des usages et des économies domestiques liées à ces territoires, expliquent l’impact positif limité de la plupart des actions de développement et de préservation des écosystèmes.

Le « littoral » est une mosaïque de territoires, de sociétés et d’économies, ce qui conduit à des perceptions divergentes, oblige à contextualiser, et confirme la nécessité d’une approche territoriale et multi acteurs. Sur ce constat, le collectif 5Δ, a été créé en 2014, regroupant un ensemble d’acteurs (ONG de droits local et ONG de droit européen) intervenant pour la valorisation durable des écosystèmes de mangrove au niveau de 5 deltas ouest africains (Fleuve Sénégal, Gambie, Saloum, Casamance et rio Cacheu). L’objectif du collectif est de mettre en place une action sous régionale considérant les territoires de mangroves et les écosystèmes associés et plaçant les populations locales au centre afin de concilier préservation de la biodiversité et développement local.

Le collectif a lancé en 2018 une première opération de capitalisation croisée au Sénégal pour l’élaboration d’une mallette d’outils et de démarches associées pour la valorisation durable des écosystèmes en territoire de mangrove. En soutenant à la fois des espaces d’échange entre acteurs communautaires et des actions de gestion participative équitable et durable des ressources, le collectif 5Δ entend donner aux femmes, aux hommes et aux jeunes la capacité de mettre en œuvre des actions de développement local durable, valorisant les services issus des mangroves et préservant la biodiversité et les écosystèmes tout en augmentant leurs revenus.

Aujourd’hui, le collectif 5Δ intervient sur 500 000 hectares de mangroves au bénéfice de 230 000 personnes. L’initiative portée par le collectif se démultiplie : en 2018, un second collectif 5Δ s’est créé dans le Golfe du Bénin et des voyages d’études ont été organisés avec le réseau Mihari à Madagascar. Un réseau à plus grande échelle se développe entre des acteurs de contextes et territoires différents, et permet d’harmoniser les approches et créer des synergies dans la conservation des ressources de mangroves.


Kinomé évalue le projet DEDURAM, alliant préservation de la mangrove et continuité des activités économiques en Guinée-Bissau

Les côtes et les écosystèmes de mangroves en Guinée-Bissau sont primordiaux pour la majorité des populations locales qui vivent en zone côtière, où se concentrent les activités de pêche et riziculture, importantes pour la sécurité alimentaire des populations rurales. Cependant, le changement climatique, et l’augmentation du niveau de la mer résultante, affectent les producteurs côtiers.

Les filières sel et riz sont les principales productions agricoles de cet écosystème fragile. La production de sel en Guinée-Bissau est une source de revenus importante parmi les autres activités des femmes productrices. Toutefois, cette activité est très consommatrice de bois de mangroves (plus de 2 tonnes de bois pour produire une tonne de sel) entraînant une déforestation notamment des mangroves. Les vapeurs produites par cette technique ignigène sont aussi toxiques pour les femmes productrices de sel. De même, l’activité de riziculture menace l’écosystème des mangroves du fait du défrichement des espaces de mangrove pour aménager des périmètres rizicoles. 

Activités de riziculture et de saliculture solaire (crédit photos : DEDURAM)

Dans ce contexte, le projet de DEveloppement DURable de l’Agriculture de Mangrove en Guinée-Bissau (DEDURAM) porté par UNIVERS-SEL et la fédération paysanne KAFO contribue à la diminution anthropique sur la ressource de mangrove à travers la diffusion de techniques de saliculture et de riziculture durable et moins consommatrices de bois de mangrove. On estime que 4000 tonnes de sel produites selon la technique solaire permettraient d’éviter le défrichement de 24 hectares de forêt de mangrove[1] pour du bois de palétuviers qui aurait servi à la cuisson de la saumure. De même, la gestion de l’eau dans les périmètres rizicoles aide au maintien de la biodiversité dans ces milieux, et lutte contre le défrichage de surface supplémentaire de mangrove en augmentant la production de rizières et en favorisant la réhabilitation de rizières abandonnées.

Le projet DEDURAM vise aussi à améliorer les conditions de vie des exploitations familiales des zones de mangroves à travers des impacts économiques et sociaux. En effet, l’augmentation des rendements par la Gestion de l’Eau à la Parcelle (GEP) est estimée à 30% en 3 ans et l’augmentation des revenus par la saliculture solaire d’au moins 50%. Au-delà de l’augmentation de revenus, ces techniques allègent la charge de travail et sécurisent les rendements contrairement à d’autres projets mis en œuvre qui ne prennent pas forcément en considération la charge de travail des nouvelles techniques introduites. Le projet vise aussi à diminuer les difficultés des tâches et à contribuer à la sécurité alimentaire des ménages.

Kinomé a réalisé une évaluation du projet DEDURAM dans le cadre de la fin de financement de 3 ans de l’AFD. Plusieurs recommandations ont été présentées par Kinomé, qui pourront être mises en œuvre pendant cette dernière année du projet qui couvre une période de 4 ans (2016-2020).


Dans le contexte des changements climatiques auxquels les zones côtières de mangrove sont particulièrement exposées, une approche globale de la valorisation et de la protection de ces écosystèmes est essentielle pour assurer la pérennité de ces ressources et par extension des communautés qui en dépendent.


  1. Akegbejo-Samsons, Y. & Omoniyi I.T. (2009). Défis en matière de gestion des forêts de mangrove en Afrique : une évaluation critique de la zone du Delta du Niger au Nigéria. Nature et Faune, 24(1), 52-57.
  2. Valiela, I., Bowen, J., York, J.K. (2001). Mangrove forests: one of the world’s threatened major tropical environments, Bioscience, 51(10), 807–815.