Kinomé fête ses 15 ans au Green Days Africa à Abidjan !

Le 20 Mai 2021, Nicolas Métro, président fondateur de Kinomé, et Damien Kuhn, Directeur des Opérations se sont rendus à Abidjan à l’occasion des Green Days Africa, 2ème édition. 

 

Forte d’une première édition haute en couleurs, Green Invest Africa, partenaire de Kinomé depuis plusieurs années, a organisé de façon hybride une deuxième édition de ces rencontres tant attendues. L’objectif de cet évènement était notamment de promouvoir l’économie verte sur le continent Africain en réunissant différents acteurs du secteur. L’évènement était axé sur la thématique du changement climatique et le financement des entreprises vertes. Les différentes manifestations ont mobilisé les parties prenantes telles que les entreprises, les investisseurs ou les porteurs de projet des secteurs de l’économie verte : les énergies renouvelables, la construction et le bâtiment durable, l’économie circulaire, mais surtout l’agriculture intelligente et la foresterie durable au sein desquelles Kinomé agit depuis ses débuts.  

 

Nicolas Métro a notamment participé à un moment d’échange sur le thème de « La coopération internationale et durabilité des chaînes de valeur cacao culture et foresterie durable ». Avec les différents panélistes, les sujets tels que l’impact environnementale de la filière, l’ajustement des prix au niveau international, et l’amélioration des pratiques globales ont été abordées. 

 

Image 1: Panel de discussion sur la durabilité des chaînes de valeur cacao culture et foresterie durable

 

Cette journée a également été l’occasion pour nos différents partenaires Ivoirien de se joindre à la rencontre organisée par Kinomé pour célébrer ses 15 ans ! 

 

Cet évènement privé a permis aux invités d’échanger sur les dernières années de Kinomé, son approche par le leadership éthique, les différents impacts de nos actions en Côte d’Ivoire et les perspectives d’avenir de ces partenariats. 

 

Image 2: Présentation des actions de Kinomé durant l’évènement privé des 15 ans de Kinomé

 

En effet, Kinomé accompagne depuis 2019 le gouvernement Ivoirien et les collectivités locales dans la stratégie climat du pays. A travers la facilité Adapt’Action de l’AFD ou encore l’élaboration du plan d’investissement pour la mise en œuvre des CDN avec le PNUD, Kinomé met en place une approche inclusive, intersectorielle et participative sur l’ensemble de ses processus. 

 

Image 3 : Les différents partenariats climat de Kinomé en Côte d’Ivoire depuis 2019

 

A l’avenir, Kinomé souhaite continuer à intégrer l’adaptation au plus loin jusqu’au niveau des communautés locales, développer et multiplier les mécanismes de décentralisation et élargir le renforcement de capacité à l’ensemble des acteurs en charge de cette mise en œuvre.  

Paul Thomas nous parle de son expérience dans « Le Grand Secret du Lien » de Frédéric Plénard

« J’avais entre 16 ans et 18 ans pendant le tournage du film. Grâce à cette expérience, j’ai appris à me déconnecter du temps. Je me suis enlevé une très grande couche de stress qui existait en moi et qui était lié au temps qui passe. Je me suis reconnecté au temps de la nature » 

 

Paul Thomas, 20 ans, en étude L3 Cinéma à Paris 8 pour devenir Producteur 

 

Le 8 octobre dernier, Kinomé a accueilli une 30aine de personnes pour visionner ensemble le film « Le Grand Secret du Lien » @Jupiter films, en présence du réalisateur du film Frédéric Plénard et un des participants du film, Paul Thomas, à la cité du Développement Durable. 

 

50 jeunes venant de 5 régions de France de tout horizon et sans forcément se connaître ont accepté un challenge : Retrouver le Grand Secret du Lien. Un secret perdu depuis que les êtres humains vivent trop séparés du monde vivant et minéral. Par des activités simples comme la construction de cabanes, la randonnée, les bivouacs et jeux dans la rivière, ils vont pendant 25 jours faire l’expérience d’une approche sensible de cette nature, redécouvrir leurs sens et retrouver le lien avec eux-mêmes, l’autre, le monde vivant et minéral.  

 

En se reconnectant à la nature, nous observons que ces jeunes se reconnectent également à eux-mêmes en profondeur, à leur élan de vie et leur fabuleux potentiel de création et de réalisationPaul Thomas, présent à la projection, a répondu à toutes les questions du public et a pu témoigner également de ce qu’il retient de son expérience. Frédéric Plénard nous a fait vivre les meilleurs moments du tournage et nous a informé que sur les 50 jeunes aucun n’ont abandonné, tous sont allés jusqu’au bout, et assurément comme pour Paul, avec de grands changements intérieurs opérés ! C’est vraiment magnifique de voir que quand nous nous reconnectons à la nature nous développons notre potentiel de réalisation collective : vivre et agir en solidarité. 

 

Nous vous informerons dès sa sortie en salle afin que vous puissiez vous aussi le découvrir voire organiser une projection débat dans votre localité ! 

 

Merci également aux collégiens et aux enseignants de Living School d’avoir participé à la projection, et à bientôt avec la mise en place de nouveaux projets de reconnexion à la nature et à notre propre nature avec le programme Forest&Life !  

CDN Guinée : Qu’est-ce que c’est ?

CDN – Guinée

 

Kinomé fait partie de l’équipe de révision des CDN (Contributions Déterminées Nationales) de la Guinée, les engagements pris en matière de lutte contre les changements climatiques lors de la COP 21 de Paris il y a cinq ans. 

 

Ce chantier financé par le PNUD entend actualiser les objectifs de la Guinée en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (le volet « Atténuation ») et de préparation pour faire face aux conséquences des changements climatiques (le volet « Adaptation »), compte tenu des efforts déjà engagés depuis 2015 et des nouvelles données à disposition. Avec Minh Le Quan et Bamba Zoumanah, Kinomé s’occupe du volet atténuation et l’équipe est coordonnée par Vanessa Laubin, déjà coordinatrice de la première CDN il y a cinq ans. 

 

Le phase de diagnostic débutée en juillet a demandé à l’équipe nationale de mener des entretiens à Conakry auprès des institutions, d’organiser deux semaines d’atelier dans toute les régions du pays afin d’inclure la société civile et les acteurs de terrain, et de lancer une vaste opération de collecte d’information via les réseaux sociaux (une première dans le pays !.