Investir dans le facteur humain pour des organisations agricoles durables

Article du 10 juillet 2023

Les coopératives, et autres organisations de producteurs, ont un rôle clé à jouer dans la transition durable des territoires. 

 

Néanmoins, très peu d’agriculteurs sont organisés et ne peuvent donc pas recevoir les investissements du secteur privé... Lorsqu’elles existent, ces coopératives/organisations d’agriculteurs sont souvent considérées comme trop risquées pour pouvoir recevoir des investissements. La plupart d’entre elles sont confrontées à une mauvaise gouvernance et des difficultés de gestion qui les affaiblissent et affecte leur fiabilité. Cela impacte négativement l’ensemble de la chaîne de valeur, et, par conséquent, les producteurs.

La gouvernance et le facteur humain apparaissent comme des éléments déterminants de la résilience des coopératives, de leur capacité à recevoir des investissements et à établir des relations commerciales durables. 

 

C’est pourquoi Kinomé mène une étude de faisabilité et de conception d’une facilité d’aide à la gouvernance ou « Gouvernance Assistance Facility«  (GAF), afin d’appuyer les petits producteurs et les coopératives dans la construction d’une base sociale solide et pérenne, avec des pratiques de gouvernance plus saines. 

 

Une GAF permettrait à long terme de :   

  • Réduire les risques des investissements existants, en construisant des coopératives plus solides et plus résistantes  
  • Ouvrir de nouvelles opportunités d’investissement, en travaillant avec des organisations qui étaient trop risquées pour recevoir des investissements ( «readiness »).  

Kinomé est soutenu par IDH et le LDN TAF, et Ecotierra (gestionnaire du fonds Urapi Sustainable Land Use, dans lequel le Land Degradation Neutrality Fund a investi, et partenaire du projet).  

 

Pour en savoir plus sur le projet : 

Télécharger l'étude complète >

Ces articles pourraient
vous intéresser